parallax header

Infolettre Parallaxe, Septembre 2013

(cliquez ici pour revenir à l'édition actuelle


Chers passionnés du rangefinder et photographes classiques.

 

Merci de suivre nos nouvelles et pensées.

Le monde tel qu’il le voit

Nous cherchons parfois le Saint Graal photographique au bout du monde, alors qu’il suffirait de se pencher pour le ramasser.

 

L’illustre carrière photographique de Jacques Pontbriand va de commandes faites au grand format pour des clients de renom à des projets privés démontrant une intuition hors pair et une grande compréhension de ses sujets. Il a été photographe commercial et artistique pendant plus de trente ans, utilisant toujours le matériel le plus au point pour ses besoins. Il y a une dizaine d’année, lorsqu’il décida de ralentir dans sa glorieuse carrière, il se tourna naturellement vers la photographie Leica M pour satisfaire sa vision personnelle. Ce qui m’impressionne le plus c’est qu’il n’a jamais tenté de calquer le travail des grands photographes des années 50, 60 et 70, ceux qui ont établi l’esthétique de la photographie Leica M telle que nous la connaissons. Au contraire, il a utilisé ses propres principes, ses règles, sa discipline et sa vision pour créer un corpus unique, cohérent et pérenne.

 

Allez voir ses dernière photos prises avec le Monochrom. Son essai sur la Hudson River Valley est impressionnant, ses images émerveillent, surprennent et illuminent de par leur approche réfléchie sur un sujet si familier. Les textures et tons si riches des images noir et blanc servent parfaitement le paysage, un sujet si éloigné de la photographie Leica M traditionnelle. C’est l'exemple typique d’un essai photo à la Pontbriand. Il fait se surpasser le M traditionnel, le M numérique et, depuis peu, le Monochrom.

 

Jacques est plus qu’heureux de partager son immense savoir et expérience, et je reconnais gaiement avoir été corrigé plus d’une fois par lui. Plus récemment, il a démontré les capacités du X Vario avec une série de photos qui m’ont contraint à regarder au-delà du diaphragme lent et à apprécier ce que cette combinaison de capteur et d’objectif pouvait offrir: des images inégalées par aucun appareil compact sur le marché.

 

Cliquez ici pour voir la galerie photo.

Le Monochrom et moi

Au mois de juin, Rita et moi préparions notre voyage triennal outre-Atlantique. Nous avions pensé à l’Écosse, mais les averses à répétition du printemps montréalais nous dissuadèrent d’aller de l’avant. Nous avons donc renoncé au haggis et au crappit heid et avons opté pour le foie gras et le coq au vin, nous partions en France !

 

Si seulement choisir un appareil était aussi facile. Après mure réflexion, j’ai décidé d’emporter le Monochrom, afin de faire taire les mauvaises langues qui m’accusent parfois d’être trop haut en couleurs. Je reconnais avoir parfois douté de mon choix, surtout au début du voyage. La France du début de l’été baigne dans la couleur. Les fleurs sont fleuries, les récoltes verdoyantes et les couchers de soleil offrent toute la palettes des rouges devant nos yeux. Repérer les tons de gris relevait du défi ! Après le choc initial provoqué par toutes ces teintes de couleur, j’ai finalement perçu les textures des arbres au travers de la couleur forestière.

 

À mi-parcours de notre odyssée, j’étais rassuré sur mon choix et à l’aise dans mes actes. Aller d’un paysage à l’autre, y réagir et percevoir ce qui me transportait pour ensuite créer un journal photographique fut une expérience enrichie de la discipline imposée par la simplicité du noir et blanc. Le Monochrom contribua à cette expérience grâce à sa qualité d’image sans égale, mais aussi grâce au sentiment de ne prendre des photos qu’en fonction de ce que je voyais et ressentais sur le moment, sans fioritures. 

 

La galerie photo est disponible ici

Table ronde télémétrique - Larry Towell, icône photographique canadienne

Un géant de la photographie sera de passage à Montréal en septembre. Le photographe Magnum Larry Towell ne nécessite pas de présentation sur la scène photographique canadienne. Deux événements sont au programme de la visite. Une soirée avec Towell et sa photographie est prévue pour le jeudi 12 septembre et le vendredi 13. Son livre, The Mennonites, a créé le standard sur le récit visuel. L'événement se tiendra à l'Espace Phi, 407 rue Saint-Pierre dans le Vieux-Montréal. Il fait partie du Complexe d'art DHC, un petit théâtre avec peu d'espace, alors les places sont limitées. Cliquez ici pour acheter vos billets.

 

Le samedi 14 septembre, Camtec Photo aura l'honneur et le privilège d'offrir un atelier d'une journée avec Larry Towell. Cette rencontre d'une journée aura pour but de voir son travail, d'en discuter et de puiser dans la richesse d'information et d'expérience de l'un des photographes les plus prolifiques et expressifs de notre époque. Seuls 12 participants seront acceptés, avec un prix d'entrée de 450$. Cela inclut un certificat cadeau de 100$ à Camtec Photo, une copie signée de The World From My Front Porch, un déjeuner léger et un cocktail de fin de journée. Cet événement est organisé en collaboration avec Arkar Production.

 

Écrivez-moi à jeanb@camtecphoto.com pour réserver votre place. Les participants devraient apporter leur propre travail ainsi qu'une liste des sujets et thèmes qu'ils voudraient aborder. La rencontre en table ronde sera l'occasion d'une revue des photographies des participants, sous forme d'impression, de livre ou de copie numérique projetée. Cela nous offrira à tous une journée enrichissante, inspirante et instructive. Au plaisir de vous y voir !

Larry Towell

Table ronde télémétrique - François Pesant: Photographier avec dignité et compassion

C’est avec un immense plaisir que je rapporte le dernier succès d’un grand photojournaliste et ami de la boutique. An Enemy Within est un essai photo saisissant qui porte sur le sujet difficile des agressions sexuelles dans l’armée américaine. Les photos de Francois révèlent les conséquences sérieuses et traumatisantes de ces crimes si peu rapportés. Il doit être salué pour avoir traité son sujet avec force et passion. En conséquence de quoi, les images qu’il a produit sont persuasives et saisissantes.

 

Gagnant du prix Anthropographia Award for Human Rights through Visual Storytelling, et publié dans M – Le Magazine du Monde, An Enemy Within a reçu une mention honorable aux National Magazine Awards et a été choisi par Visa pour l’Image. Une campagne de levée de fonds de $16,000 organisée par Indigogo aura pour objectif de produire un livre bilingue sur ce sujet, elle est ouverte jusqu’au 25 septembre 2013. 

 

Que ce soit des gens qui fouillent dans les ordures de Delhi pour survivre, les conséquences du tremblement de terre à Haïti, les effets de la désertification en Inde ou la dévastation suite à l’ouragan Sandy, François a développé une réputation enviable pour ses reportages sur les situations difficiles. Nous sommes fiers de placer la gentillesse et la préoccupation au premier rang de ses motivations. Je demande respectueusement à ceux qui comprennent l’impact, l’utilité et la qualité artistique de la photographie de songer à faire une contribution au projet de François.

 

***

L’été n’est pas encore terminé. La lumière devient de plus en plus belle et parlante. À pied ou en vélo, profitez bien du reste de la saison et du début de l’automne. 

 

Au plaisir de lire vos commentaires

Photographiquement vôtre,

 

Jean Bardaji et Daniel Wiener

Rangefinder footer image

La Photo Télémétrique: Capture Life as you see it!

Abonnez-vous à la newsletter

Nous sommes respectueux de votre vie privée et nous ne partagerons jamais votre adresse courriel avec qui que ce soit.