parallax header

Parallax Newsletter, Juin 2013

(cliquez ici pour revenir à l'édition actuelle


Chers passionnés du rangefinder et photographes classiques.

Merci de suivre nos nouvelles et pensées.

Passionné de photographie

Il existe plusieurs types d’athlètes. Pour chaque sprinter, sauteur et lanceur il y a quelques joueurs de bowling, de baseball, et de golfeurs. À chaque fois que l’on annonce le nouvel athlète canadien de l’heure, je m’emploie à faire la distinction entre la superstar du hockey Sidney “The Kid” Crosby et le lanceur de fléchettes professionnel Allan “Big Al” Hogg.

 

À chaque fois qu’un jeune enthousiaste franchie la porte du magasin en annonçant vouloir se lancer dans une carrière photo, je fait une analogie avec le monde du sport et je leur dit ceci : choisissez un champ et étudiez-le. Si vous êtes mordu de mode, étudiez la mode. Vous préférez les mines, l’industrie ou le commerce ? Alors faites de la photo industrielle. Vous vous gavez de nouvelles et de documentaires ? Alors il vous faudra faire vos armes avec les journaux et dans le photojournalisme.

 

Il arrive que, pour devenir un photographe professionnel, il faille préserver sa passion pour la photo, tout en étudiant la discipline que vous photographiez. Quel photographe de la nature ne gagnerait pas à en savoir plus sur la biologie, quel paysagiste ne devrait prendre un cours de géologie ? La photographie n’est pas seulement liée à d’autres domaines, mais elle se nourrie du savoir et des idées. Citons en exemple le photographe médical suédois Lennart Nilsson. Son apport monumental à la photo d’embryons humains et à la photo macro a été reconnu dans les communautés médicale et photographique. Il a même reçu, entre autres prix, un doctorat honorifique en médecine décerné par le Karolinska Institute ainsi que le premier Hasselblad Foundation International Award in Photography.

 

Être passionné par nos espoirs et ambitions photographiques va de soi, mais il est impératif de pouvoir reconnaitre ce qui fait une photo efficace. L’apport émotionnel vient de la photo, pas du photographe. Il n’y a pas que les reportages de haute voltige et les photos dramatiques telles que celles de Dorothea Lange dans Migrant Mother pour susciter une réaction et apprécier l’humanité qui en ressort. Si le spectateur ressent ce que vous avez vécu, alors la photo a fait son travail. La photo de Jeff Plomley montrant un gamin récompensé par une glace me va droit au cœur. La chaleur humaine dégagée par cette photo nous vient du regard d’un photographe exceptionnel capable de reconnaître la valeur unique d’un moment, tout en ayant des connaissances techniques et une composition parfaites.

 

Les images que vous prenez libres de contraintes mais alimentées d’une passion pour documenter, sans idée préconçue mais bien à partir d’un savoir et d’une conviction, seront excitantes, attrayantes et plus pertinentes que toute autre photo que vous aurez prise. Elles témoigneront de votre ressenti à ce moment, en cet endroit. L’idée est la suivante : les calques de Photoshop®, les courbes de Capture One®, la récupération des hautes lumières de Lightroom® ou celle des ombres d’Aperture® ne changeront pas une photo médiocre témoignant mal de l’émotion du photographe en une image mémorable. 

Migrant Mother

Journées Leica, les 14 et 15 juin

Un petit rappel concernant notre soirée si attendue. Nous avons prévu deux jours d’essais d’appareils Leica – nous faisons de notre mieux pour avoir autant de M 240 et de Monochrom que possible – les vendredi 14 et samedi 15 juin.

 

 

Nous sommes également fiers d’organiser une soirée autour du travail du maître photographe Serge Clément, réalisé avec le Leica Monochrom. Venez apprendre de l’un de nos artistes les plus reconnus et admirer comment sa vision se transcende grâce à cet appareil noir et blanc. Les places sont limitées !

 

 

Cliquez ici pour plus d’information.

 

Kamouraska

Le M Vision VII de l’an dernier fut un grand succès. Pendant que nous travaillons pour renouveler l’expérience dans l’avenir, il y a un grand éventail d’activités pour l’été 2013 (dont une exposition de photos prisent l’an dernier, dont certaines issues de notre modeste contribution) pour vous divertir lors de votre visite de cette magnifique région québécoise. 

 

Parmi les cours offerts, il y en a un de Bertrand Carrière. Il sera proposé du 2 au 4 août et promet de vraies expérimentation photographique qui vont forcer les participants à conceptualiser leur vision pour saisir ce que Kamouraska représente pour eux.

 

Voilà plus d’un quart de siècle que Bertrand Carrière explore l’art photographique. Son travail s’inscrit dans un lieu et un moment, avec un message exempt d’abstraction. 

Dans la cours des grands

J’eu la chance de voir Geoffrey James débarquer dans ma boutique pour me montrer son projet réalisé avec le Monochrom. Il a été engagé pour documenter les derniers jours de l’infâme pénitencier de Kingston. Le Monochrom était l’outil idéal pour saisir la réalité brute et austère de la prison. Des agrandissements impressionnants d’une trentaine de pouces de long ayant l’allure de photos prisent au moyen format réalisées par le duo du Monochrom et de son ancien Elmarit 28mm f/2.8 (l’un de mes objectifs favoris, que je possède et utilise). M. James ne tarissait pas d’éloge sur cette combinaison et les résultats étaient des canons de correction linéaires, résolution et tonalités.

Un petit café ?

Comme vous le savez déjà, nous avons totalement rénové la boutique du 26 Notre-Dame Est. Nous y avons dernièrement ajouté un petit coin café, agrémenté de deux fauteuils du dernier chic. Vous pourrez vous y assoir pour consulter l’un de nos nombreux livres photos. Si nous ne servons pas de lait et de cookies, nous pouvons vous offrir un espresso qui n’a rien à envier à celui de nos amis italiens. 

 

Leica Vario : La lumière en retrait

Je fus parmi les premiers à saluer le X1, vantant la qualité de ses fichiers et leur aspect analogique. Arriva ensuite le X2, qui amenait ses qualités à un plus haut niveau. Dans le cas du Leica Vario, ce n’est pas l’idée d’un objectif zoom sur un boitier X qui me dérange, mais plutôt le fait que Leica, l’un des meilleurs fabriquant d’optique du monde, aient équipé cet appareil d’un objectif si lent...  

 

Les premiers résultats furent extrêmement nets et firent montre de ce look Leica que nous adulons, mais j’ai vite senti que le Vario était incapable de faire ce que j’ai toujours fait avec des Leica : ouvrir le diaphragme et prendre en basse lumière. Le 18-46mm/3.5-6.4 (équivalent d’un 28-75mm) me donnait l’impression d’avoir une camisole de créativité.

La table ronde télémétrique - Une inondation de souvenirs

Tel que nous l’avons écrit dans la dernière édition de Parallax, nous avons vraiment aimé les diptyques de Michel Hunault montrant le pendant et l’après des inondations du Richelieu de 2011. Si un salut de notre part est toujours agréable, la reconnaissance internationale, surtout lorsqu’elle vient d’une source aussi prestigieuse que The Guardian en Angleterre. Le supplément du week-end du magazine a récemment publié l’essai photo de Michel, La Mémoire de l’eau

 

En plus d’apprécier les images, nous aimons également avoir une perspective sur ce qui est loin de nous, particulièrement ce commentaire de Michel après sa documentation du terrible tremblement de terre qui a ravagé Haiti : “The catastrophe in Haiti claimed hundreds of thousands of lives, caused unimaginable damage and suffering, and was a huge international event; during the floods of 2011, no one lost their life and damage was, comparatively minimal. Yet the local media whipped up a storm: in this relatively sleepy part of the world, les inondations, as they are known, are a big story.”

 

La table ronde télémétrique - Être jeune, plein de vie et habiter Paris

Au début du XXe siècle, Emily Karr, Suzor-Coté, A.Y. Jackson et d’autres artistes canadiens on travaillé et se sont impliqués dans les mouvements inspirants et novateurs impressionnistes et post-impressionnistes. Sur le front littéraire, Morley Callaghan a rejoint James Joyce, F. Scott Fitzgerald, Gertrude Stein et Ernest Hemingway à Montparnasse. La route de Paris est régulièrement fréquentée par les Canadiens créatifs.

 

Près d’un siècle plus tard, Matthew Kudelka, l’un des rares qui réussisse à combiner talent littéraire et photographique, a organisé une exposition au Festival Contact de Toronto, qui tournait autour de la vie au vingt-et-unième siècle dans la Ville Lumière. Armé d’une collection d’images de premier abord bénigne, de rencontres anonymes, il a présenté un assortiment de photos très attachant et pertinent.

La table ronde télémétrique - Thomas Laberge-Brière : Le gamin fait son chemin

Au fil des ans, j’ai toujours été fier de garder le contact avec des anciens employés de Camtec ayant fait leur marque dans le monde photographique. Ils viennent ici avec leurs Nikon et Canon pour travailler à temps partiel en finissant leurs études et ils nous quittent convertis au télémétrique, un Leica autour du cou.

Je suis particulièrement fier des progrès de Thomas Brière-Laberge et je vous encourage à aller voir son travail sur son nouveau site Web : http://tlbphotographe.com. Ses photos nous frappent avec un style qui montre la vie courante éclairée différemment. Certaines photos sont prises dans le Vieux Montréal, un endroit dans lequel j’ai vécu et habité pour plus de trente ans. Les photos de Thomas accroissent le plaisir de voir le familier tel que recadré par ce talent montant et remarquable.

***

Le temps chaud est enfin là. Faites de l’été 2013 une saison à se rappeler. Nous avons hâte de voir vos photographies !

Au plaisir de lire vos commentaires

Photographiquement vôtre,

 

Jean Bardaji et Daniel Wiener

 

Rangefinder footer image

Où les Leicaistes se réunissent!

Abonnez-vous à la newsletter

Nous sommes respectueux de votre vie privée et nous ne partagerons jamais votre adresse courriel avec qui que ce soit.