parallax header

Parallaxe, Mars 2015

(cliquez ici pour revenir à l'édition actuelle


Chers passionnés-Leica et photographes classiques.

Merci de suivre nos nouvelles et pensées.

Choix de couleurs pour les Leica M, Leica S, et Leica T (Shirts !!)

Qu’ont en commun Oskar Barnack et Karl Lagerfeld en dehors de leur pays d’origine ? Rien ! Alors, pourquoi Leica, une compagnie dont la raison d’être a toujours été l’excellence de son ingénierie, a-t-elle embauché un expert en marketing (Oliver Kaltner) et plusieurs responsables venus d’un monde parallèle, pour remplacer le directeur Alfred Schopf ? Le monde de la mode, mené par les forces du marketing, a toujours basé ses prix sur la valeur perçue. Cette pratique permet de comprendre pourquoi une belle chemise avec un logo reconnu se vendra à 500$, tandis qu’une autre, tout aussi belle, mais sans la marque, se vendra à moins de 50$. Traditionnellement, Leica ne s’inscrit pas dans ce carcan marketing. Pour ma part, je serai ravi de payer 3000$ pour un objectif en sachant que son prix  est basé sur la qualité de sa conception et de sa fabrication à petite échelle et non à cause d’une campagne publicitaire réussie !

 

Leica est reconnue à juste titre comme l’apogée du matériel photographique. Quand les produits sont si bons, il n’est besoin que de peu, voire pas de marketing. Ils vont se vendre d’eux-mêmes. J’irais jusqu’à dire que la communauté mondiale de leicaïstes âgés de 18 à 90 ans s’est bâtie uniquement sur la qualité des appareils et objectifs. Cela nous ramène à un autre souci : la quantité d’accessoires non photographiques qui font leur apparition dans le catalogue. Des porte-clés très chers avec le logo Leica, des parapluies encore plus chers avec le logo Leica, et des t-shirts assez chers avec —vous l’aurez deviné— le logo Leica. Ils marquent le départ de la commercialisation de matériel photographique parfaitement conçu vers la vente de babioles et autres vétilles.

 

Chez Camtec Photo, nous n’avons pas l’intention de remplacer nos vitrines par des cabines d’essayage. Est-ce trop demander au meilleur fabriquant du monde de matériel photographique de se concentrer sur la qualité de conception et de fabrication d’appareils et objectifs photos, et de laisser la qualité régner sur le marché ?

 

Vers le sans-miroir

Pratiquement tous les jours, un client vient au magasin affublé d’un sac à dos qui l’écrase. Avant de le poser, non sans effort, sur notre comptoir, je peux deviner la teneur de ses propos. Il cherche quelque chose de plus léger, peut-être un Fuji ou un Sony.

 

Bien avant que ces compagnies n’adhèrent au sans-miroir, le Leica M était une alternative aux reflex mono-objectifs si lourds. Aujourd’hui plus que jamais d’ailleurs !

 

Lors d’un récent voyage au Portugal, mes M9, Monochrom, 50mm Summicron et 21mm Elmarit sont rentrés sans problème dans un petit sac.

 

Si vous voulez abandonner le miroir et jouir de la liberté d’un appareil compact offrant une qualité d’image sans pareil offerte par des objectifs fixes, alors allez voir les excellents systèmes Fuji-X et Sony-E. Mais n’oubliez pas de regarder ce que Leica a à offrir ! Les Leica X APS-C sont des appareils très compacts, mais de très grande qualité. Le système Leica T est parfait pour le voyage, la photo de rue et bien plus, tandis que le système Leica M, que ce soit le M240, M-P ou Monochrom, produira des images numériques inégalables.

 

Minha Portugal (en Mono et en Couleur)

Si vous avez la chance de manquer ça, voici un aperçu de l’hiver montréalais 2015 : nous avons gratté, pelleté, glissé et bravé le mois de février le plus glacial depuis 1889. Début mars, en ayant assez de nous frayer un chemin dans la toundra urbaine, Rita et moi sommes allés au Portugal pour une semaine de promenades relaxantes, de repos et de photographie. Nous avons atterri à Lisbonne, ville empreinte du charme de l’Ancien Monde, pleine d’avenues et de bâtiments étagés et, graças a Deus, d’une culture de rue sans égale.

 

Mon M9 a saisi l’esthétique kitsch et les couleurs vibrantes, tandis que le Monochrom, s’en est tiré à merveille dans les ruelles étroites de nuit, enregistrant les textures et les ombres de superbe manière. J’ai souvent poussé la sensibilité ISO à 3200, profitant de l’extrême souplesse et qualité de ses fichiers numériques. Auparavant, je n’aurais eu que quelques clichés granuleux. Lisbonne et Porto sont des villes à échelle humaine avec nombreux espaces publics où les citoyens se rencontrent et discutent. Ces lieux servent de toile de fond pour le théâtre de la vie et je me suis vu revenir plusieurs fois aux mêmes endroits, à des moments différents, pour les photographier sous un autre angle. La photographie de rue portugaise se base sur l’Instant Décisif, vu d’une multitude d’angles.

 

Des musiciens, des cafés plein de caractère et remplis de personnages, de vieilles dames au visage ciselé étendant leur lessive, de beaux jeunes gens qui, malgré la rigueur économique, restent enthousiastes sur leur pays et trouvent de la joie dans les petits instants; tels sont les petits éléments qui nous ont convaincus de revenir un jour en terre portugaise.

 

Veuillez cliquer ici pour voir une collection de photographies de Lisbonne et Porto

 

Une soirée avec Carl Valiquet

Depuis plus de 7 ans déjà, Carl Valiquet vit en Indonésie. Cet immense pays composé de plus de 17 000 îles est devenu une source d’inspiration intarissable. Ce photographe passionné et infatigable a dédié sa carrière à mettre en lumière l’homme au travail.

 

Pour réaliser son dernier projet, c’est dans la ville javanaise de Solo que Carl s’est penché sur les conditions de vie des conducteurs de béchak (cyclo-pousse) qui fournissent les muscles de l’économie. Pour documenter le travail impitoyable et épuisant qu’ils effectuent, Carl les a saisi éreintés, s’accordant de petits moments de répit ici et là. Il est ensuite retourné les voir pour faire des portraits formels et fiers de ces travailleurs. Il ne faut pas y voir une discordance, mais plutôt l’effort de montrer la présence et la personnalité de ses sujets.

 

Joignez-vous à nous le jeudi 21 mai à 17:00 à la boutique du 26 rue Notre-Dame Est pour voir son dernier projet. Vous êtes invité pour une soirée de discussions et de bonne humeur.

 

Le Montréal de Mark Tomalty

Si jamais vous avez manqué notre annonce sur l’exposition des impressions de Mark Tomalty à la boutique :

 

C’est une autre nuit sombre, humide, froide et venteuse de cet hiver interminable. La glace noire et la sloche font de chaque pas un défi. Si vous êtes comme nous, vous n’aspirez qu’à une chose, rentrer vous réchauffer. Bien, Mark Tomalty n’est pas comme la plupart d’entre nous ! Pour cet artiste visuel et prolifique, ces conditions sont parfaites pour sortir dans les rues équipé de son appareil photo.

 

Au travers de son viseur, des routes et quartiers familiers sont révélés sous une lumière splendide accentuée par la neige. Mark use de sa grande capacité à voir et comprendre la lumière, les ombres, les couleurs et les symétries pour créer des photographies qui saisissent l’essence de Montréal. Elles sont des typiques Tomalty : techniquement parfaites, avec une composition simple et élégante qui ne montre pas l’effort requis pour saisir juste le bon moment.

 

Je vous invite à venir apprécier l’art de Mark lors d’une expo à la boutique. Magnifiquement imprimées sur du papier Exhibition Fiber, elles vont vous inspirer, eh oui, elles sont bien plus belles sur papier que sur l’écran ! Des impressions en Édition Limitée sont disponibles. Veuillez contacter Mark pour les détails.

 

Le vrai sacre du printemps

Sous peu, la glace va se rompre, la sève des érables va couler, les oies blanches vont effectuer leur migration vers le nord; la glace noire ne rendra plus la conduite périlleuse, elle laissera ce plaisir aux nids-de-poule montréalais mondialement célèbres; les crocus et les jonquilles vont percer la terre qui décongèle. Si vous avez hiberné pendant l’hiver, voici le moment d’attraper votre appareil favori et de profiter des joies de la photographie.  

 

Au plaisir de lire vos commentaires.

 

Photographiquement vôtre,

 

Jean Bardaji et Daniel Wiener

 

Rangefinder footer image

Où les Leicaistes se réunissent!

Abonnez-vous à la newsletter

Nous sommes respectueux de votre vie privée et nous ne partagerons jamais votre adresse courriel avec qui que ce soit.