parallax header

Parallaxe, Mars 2014

(cliquez ici pour revenir à l'édition actuelle


Chers passionnés-Leica et photographes classiques.

Merci de suivre nos nouvelles et pensées.

“Dans l’interminable
 Ennui de la plaine...

“Dans l’interminable

Ennui de la plaine,
La neige incertaine

Luit comme du sable.”

 

Ce fut certes un hiver interminable et ennuyeux mais ne vous inquiétez pas, l’équinoxe arrive, oui il arrive ! Nous avons traversé un hiver particulièrement rigoureux et je serai le premier ravi d’en avoir un souvenir distant plutôt que de craindre la prochaine tempête. Si vous avez passé les derniers mois dans une grotte, permettez-moi de vous mettre au courant. Le tout commença en novembre et, dès Noël, même les skieurs, motoneigistes et raquettistes les plus téméraires contemplaient, Ô sacrilège, de réserver leur vol pour la Floride. Le temps difficile, le vent glacial, les coupures de courant et les éclatements de tuyauterie rendaient la chose vraiment difficile. Récemment, un le terme “vortex polaire” est entré dans le vocabulaire de nos amis du Midwest et du Nord-Est américain, à leur plus grand malheur.

 

Pour ceux d’entre-nous qui sont passés au travers, cet hiver fut également une grande opportunité photographique, que trop de photographes manquent malheureusement. La région montréalaise nous offre une multitudes de scènes misent en lumière par la neige et la glace. Que ce soit lors d’une promenade le long du fleuve, pour affronter les éléments au centre-ville, pour aller jouer au hockey sur la patinoire d’à côté, pour observer les oiseaux, faire de la raquette ou du ski de fond, toutes ces occasions méritent d’être immortalisées ! Il faut se préparer, mais on a tendance à exagérer l’impact du climat sur nos appareils modernes. Partez du principe que votre appareil est plus résistant que vous ne le croyez. Il est plus important de protéger vos doigts contre les engelures, ce que vous pouvez réaliser en achetant une petite pair de doublures de gants avec une bonne flexibilité, pour utiliser l’appareil avant de replonger vos mains dans vos grosses mitaines.

 

Si vous avez passé l’hiver à vous abriter du froid, préparez votre appareil pour un exercice printanier. Dans quelques mois, les températures replongeront, il serait de bon ton de s’y préparer cette fois !

 

 

Contempler un beau livre photo, ça a toujours un effet Magnum !

“You don’t make a photograph just with a camera. You bring to the act of photography all the pictures you have seen, the books you have read, the music you have heard, the people you have loved.” —Ansel Adams

 

Tapez le nom du photographe le moins connu du monde sur Internet et vous tomberez illico sur des extraits de son travail. Que vous le regardiez sur un écran haute définition dernier cri ou sur votre téléphone, aucun appareil électronique ne peut offrir une expérience comparable à l’effet qu’offrent des photos bien imprimées sur un livre à la mise en page soignée.

 

Récemment, un ami m’a prêté le livre “Impossible Reminiscences”, qui présente des photos couleurs de René Burri. Bien qu’il soit l’un de mes artistes préférés et reconnu, je croyais que son œuvre était exclusivement réalisée en noir et blanc. La lecture de ce livre dédié à ses images en couleur m’a offert un nouveau point de vue sur son travail, tout en renforçant à mes yeux les forces de l’artiste : sa vision unique de la présence humaine, flirtant avec les lignes et la lumière.

 

Prenez n’importe quel livre photo d’importance et, grâce à son texte, ses légendes et ses images, vous suivrez le cheminement de pensées de son auteur. Consciemment ou non, vous vous inspirerez de photographies impressionnantes et vous affinerez votre notion de ce qui fait qu’un essai photographique est à la fois saisissant et mémorable.

 

Au fil des pages, vous ressentez l’importance d’un livre soigneusement conçu et imprimé. Je ne peux imaginer que chaque photo prise par Henri Cartier-Bresson le fut dans un esprit de solitude. Il est bien plus probable qu’elles résultaient d’un cheminement basé sur le possible, suivi de multiples prises de vue qui furent ensuite choisies avec attention pour représenter le mieux possible ce que le photographe voulait nous montrer. Dans les meilleurs ouvrages photographiques, l’éditeur offre une grande contribution en portant un regard neutre sur les photos.

 

 

On ne voit pas ça tous les jours

Leica et LFI  ont un concours pour les propriétaires de X Vario, X1 et X2 et l’ont appelé Me and My Leica X Photo Contest. Malgré le manque d’inspiration du titre du concours, les prix, eux, vous inspireront. Les deux gagnants recevront une invitation à l’inauguration du Leitz Park à Wetzlar à la fin mai 2014. Tous les frais de voyage seront couverts. Les deux seconds recevront des accessoires Leica X d’une valeur de $750 et les gagnants trois à dix remporteront un abonnement de six mois à LFI.

 

Les Leica X Vario et Leica X2 sont reconnus comme des appareils de voyages idéaux. Leur petite taille et facilité d’utilisation en font des premiers de classe, mais ils ont bien plus à offrir. Bien construits et discrets, ils sont parfaits pour la photo de rue. Avec leurs optiques extrêmement nettes qui offre un look Leica classique, ils sont des appareils remarquables pour poser des paysages ou de l’architecture. Nous pourrions écrire des lignes et des lignes sur la gamme Leica X, mais pour savoir si ces appareils sont pour vous, le plus simple ne serait-il pas de les essayer pour un jour ou deux ? Il se trouve justement que j’ai un démo de chaque disponible à la boutique. Venez découvrir si ces appareils Leica APS-C méritent une place dans votre sac photo.

 

 

Mark Tomalty : révélateur du cœur et de l’âme de notre ville

Scènes de rue, architecture, condition humaine, des tranches de vie de nos chers citoyens; peu de photographes ont saisi Montréal avec autant d’affection, de beauté, d’humour et d’imagination. Le regard affuté de Mark ses prouesses techniques, son talent brut et son travail produisent des images aussi puissantes qu’agréables à regarder.

 

Je suis très heureux et fier de vous inviter à admirer une petite sélection de ses photographies, imprimées à la perfection et exposées dans notre boutique du 26 rue Notre-Dame Est.

 

 

Témoin de la fin d’une époque

Quand la mine Jeggrey a mis fin à sa production en 2013, ce fut le début de la fin pour un mode de vie remontant à 1876 avec la découverte de dépôts d’amiante autour de Thetford Mines, QC. Jean-François Gratton a utilisé son appareil pour imprimer le passage d’une époque à l’autre dans cette région si liée à l’extraction de cette ressource. Ces photos à grande échelle juxtaposent d’anciennes photos du quartier Saint-Maurice de Thetford Mines, détruit en 1970 pour permettre l’agrandissement de la mine, avec les grandes piles de déchets venues remplacer les maisons et commerces et qui dominent le paysage pour encore longtemps.

 

Partie intégrante du festival Art Souterrain qui met à l’honneur le travail de plusieurs artistes locaux, ces photos seront exposés du 1er au 16 mars à la Gare centrale, 895 rue de la Gauchetière Ouest.



Embrassez qui vous voudrez

Peter Turnley, un photographe devenu synonyme de photographie d’actualité et de magazine dure et crue — il a fait plus de couverture de Newsweek qu’aucun autre photographe vivant — a publié un hymne visuel remarquablement tendre et délicat pour la romance de sa ville adorée de Paris.

 

“French Kiss” est une collection d’images édifiantes prisent dans les trente dernières années. Sans tenter une psychanalyse de ce qui l’a motivé à faire cela, j’aime à penser qu’après tous les prix qu’il a reçu pour avoir montré ce qu’il y a de pire dans la nature humaine pendant tant d’année, il avait soif de montrer ce qu’il y a de meilleur. Magnifiquement photographié, superbement mis en page et imprimé, “French Kiss” fera sourire même les plus grincheux d’entre nous.

 

Inutile de préciser que la plupart des photos ont été prisent avec son fidèle rangefinder Leica à pellicule, bien que certaines images plus récentes le furent avec le Monochrom. Le livre peut être acheté directement sur son site Web, ou à notre boutique où nous avons quelques exemplaires signés.

 

 

***

Au plaisir de lire vos commentaires.

 

Photographiquement vôtres,

 

Jean Bardaji et Daniel Wiener

Rangefinder footer image

Où les Leicaistes se réunissent!

Abonnez-vous à la newsletter

Nous sommes respectueux de votre vie privée et nous ne partagerons jamais votre adresse courriel avec qui que ce soit.