parallax header

Parallaxe, février 2017

(cliquez ici pour revenir à l'édition actuelle


Chers passionnés Leica et photographes classiques.
Merci de suivre nos nouvelles et pensées.

Le voyage

Le 18 janvier 2017, le monde photographique était appelé à Wetzlar pour célébrer l’importance de la photographie contemporaine, tout particulièrement l’importante contribution du photographe de rue américain Joel Meyerowitz, ainsi que pour le lancement du très attendu Leica M10. Il s’agissait cependant plus que de célébrer la réussite d’une personne et de lancer un nouvel appareil, c’était un hommage à l’histoire, et aux accomplissements d’une vision.

 

Le récipiendaire

Joel Meyerowitz a été intronisé au Leica Hall of Fame, joignant ainsi René Burri, Ara Güler, Thomas Hoepker, Barbara Klemm, Steve McCurry et Nick Út.

 

Il y a toujours de l’ordre dans les photos de Joel Meyerowitz. Il a la capacité de réunir des éléments à première vue disparates et de les présenter selon des schémas géométriques précis, tout en préservant un lien avec son sujet. Qu’il s’agisse d’une photographie composée avec minutie sur le verre dépoli d’un appareil 8x10 en 1979, pour son livre Cape Light, ou d’un instant saisi en une microseconde sur un trottoir encombré de Manhattan, cet aspect est toujours présent dans sa photographie.

 

L’un des moments forts de ma visite fut d’écouter la conversation entre Joel Meyerowitz et le photographe britannique Matt Stuart. Leur dynamisme et amour pour la photographie de rue était plus qu’inspirants. Entendre Joel décrire la joie d’être dehors à photographier avec son Leica M6 chargé de Tri-X ou Kodachrome… Voici ce qu’il en disait : “When I hold the camera in my hands, I often think it’s a kind of divining rod. It guides me. I always feel that if you carry a camera, you have a licence to see”.

 

En plus

Matt Stuart est quelqu’un de chaleureux, chevronné et qui aime partager ses expériences et connaissances avec les autres. Ses photos de rue de Londres sont légendaires et du plus haut comique. Je suis plus qu’heureux de gâcher la surprise et d’annoncer que les plans vont bon train pour que Matt présente notre prochain atelier M-Vision cet automne.

 

 

La demeure familiale

Je suis allé de nombreuses fois à Wetzlar, marchant dans les pas d’Oskar Barnack et de nombreux membres de la famille Leitz, traversant les rues pavées bordées de maisons à colombages. Durant mon séjour, j’ai eu la chance d’être invité à visiter la villa familiale. Elle est perchée sur une colline surplombant la vieille ville, elle-même traversée par la rivière Lahn. Jusqu’à récemment, c’était la demeure de quatre générations de la famille Leitz. La vue de photos de famille et la lecture de certains textes m’ont empli d’émotion. On réalise alors combien cette petite famille a contribué à la beauté et à l’âme de l’humanité.

 

Le PDG

J’ai également eu la chance de renouer avec le Dr. Andreas Kaufmann et sa femme qui, de part leur dévouement à Leica et son héritage, ont su insuffler une nouvelle vie et énergie à cette compagnie, la poussant dans l’ère numérique et renforçant son leadership dans le monde de la photographie. Quand le Dr. Kaufmann parle de l’héritage de Leica, il en dit que c’est “a huge gift for us, an honour. If we can continue to innovate according to the brand’s DNA, the heritage is only advantageous.” Les ingénieurs qui ont eu le mandat de reconnaitre et d’améliorer les forces du système M se sont concentrés sur sa simplicité et sa vocation. Ce qu’ils ont bâti nous a été montré comme la prochaine étape de l’évolution du M.

 

Le dévoilement

Les caractéristiques techniques étaient projetées sur écran géant tandis que le Dr. Kaufmann décrivait en détail la raison d’être et le cheminement de cet appareil. Enfin, j’ai pu prendre le M10 dans mes mains. On aurait cru un M7 (cela n’est guère surprenant, ils ont la même épaisseur). En portant le viseur à mon œil, je fus impressionné. Avec un grossissement de 0.73x, on est dans les mêmes eaux que le M7. Le champ de vision est plus large grâce à une fenêtre plus grande. Les ingénieurs du M10 ont donné à cet appareil ce que j’aime le plus des appareils M : une plus belle vue directement sur le monde.

 

L’axiome de Louis Sullivan “la forme suit la fonction” est au cœur de ce qu’est le M10. Disparus les ajouts excessifs, il ne reste que trois boutons et un menu d’une page. Génial ! L’emplacement de la molette d’ISO rappelle le levier de rembobinage des M3 et MP. Maîtriser cet appareil n’est l’affaire que de quelques minutes.

 

Le M9 avait un CCD qui nous offrait des tonalités riches, profondes, rappelant la pellicule; le CMOS, le live view et les capacités en haut ISO sont arrivés avec le M240; donc qu’a à apporter le capteur du M10 ? C’est le meilleur des deux mondes ! Avec une plage dynamique améliorée, les fichiers DNG semblent pratiquement parfait dès le départ. Le nouveau capteur fait sur mesure — par Dieu sait qui — travaille de concert avec un processeur plus rapide qu’aucun autre sur un appareil M. À en juger par l’intérêt suscité par l’appareil à notre boutique, je crois qu’il plaira non seulement aux fanatiques du M, mais aussi à une grande et nouvelle clientèle qui cherche à simplifier son processus photographique et à avoir plus de plaisir en prenant des photos.

 

Quand pourrez-vous mettre la main sur le M10 ? Les 350 employés de la manufacture de Wetzlar produisent un nombre très limité d’appareils et d’objectifs. Néanmoins, ils ont commencé à arriver et nous prenons les commandes avec la promesse de livrer plus rapidement que quiconque au Canada.

 

Montrez-nous votre Montréal !

Camtec Photo et Fujifilm Canada sont heureux et fiers d’annoncer le concours et l’événement “Montréal, ma ville”.

 

Montréal est tout sauf monotone. Elle est multiculturelle, multilingue, même son climat est multiple. Que vous aimiez l’un de nos festivals de renommée mondiale lors des chaudes soirées d’été, vous abreuver des couleurs de l’automne au sommet du Mont-Royal ou encore glisser le long des rues enneigées, nous sommes entourés d’une joie de vivre fertile en magnifiques photos.

 

Pour son 375e anniversaire, Fujifilm et Camtec Photo vous invitent à saisir l’esprit et l’âme de ce qui rend notre ville si unique.

 

**Règlements du concours “‘Ma ville”**

 

Dès aujourd’hui, nous avons le grand plaisir d’annoncer un concours, ouvert dès maintenant et qui se terminera le 11 mars 2017.

 

Les résultats seront communiqués le samedi 18 mars 2016, lors de notre Événement et Marche photo Fuji X. 

 

Tous les détails sont disponibles ici.

 

Les gagnants recevront les prix suivants : 

 

Première place : Un certificat cadeau de 750$ chez Camtec Photo, sur des produits Fuji.
Deuxième place : Un certificat cadeau de 250$ chez Camtec Photo, sur des produits Fuji.
Troisième place : Un certificat cadeau de 150$ chez Camtec Photo, sur des produits Fuji.

 

Bonne chance !

 

En mémoire de Tom Abrahamsson

Début janvier, la communauté rangefinder a perdu l’une de ses lumières. Photographe respecté, designer industriel et guru du rangefinder, Tom a créé une série de superbes accessoires pour rangefinder dont les fameux déclencheurs Softie. Mais son plus grand apport demeure le cadeau de son temps et de sa grandeur d’âme. Nos sincères condoléances à sa femme et amie, Tuulikki.

 

***

Au plaisir de lire vos commentaires.

 

                Photographiquement vôtres,

 

                Jean Bardaji  

Rangefinder footer image

Où les Leicaistes se réunissent!

Abonnez-vous à la newsletter

Nous sommes respectueux de votre vie privée et nous ne partagerons jamais votre adresse courriel avec qui que ce soit.