parallax header

Parallax, Août 2017

Voici notre promesse, chers amis Canadiens, en ce cent cinquantenaire de notre pays : nous n’allons pas nous lancer dans la vulgarité et la division. Nous continuerons de raconter des histoires honnêtes et positives sur l’inépuisable esprit humain et la beauté et l’importance de la photographie, notre vocation et mission favorite. Malgré toute la folie de ce monde et les événements au sud de la frontière, nous restons au fond purement canadiens; des optimistes qui croient en l’altruisme, la générosité et le respect.

 

 

Chers passionnés Leica et photographes classiques.
Merci de suivre nos nouvelles et pensées.

 

Repositionnement du SL : moins cher = plus logique

Lors d’une journée tranquille du mois de juin, un courriel de la direction de Leica est apparu dans ma boîte de réception. Il commençait par l’habituel balbutia marketing sur la dévotion envers la qualité, le renforcement de la position de la compagnie dans le marché professionnel, son passé riche et son futur excitant. Après avoir passé ces quelques lignes, j’ai lu quelque chose que je pensais jamais lire : Leica coupait le prix d’un article toujours en production et partie intégrante de sa ligne.

 

Depuis son lancement, le SL a été un appareil extrêmement capable. L’une de ses forces est le meilleur viseur électronique de l’industrie. Son dégagement oculaire, sa netteté et sa résolution résonnent avec qualité. C’est un mirrorless plein cadre remarquable avec l’une des montures les plus polyvalente du marché, capable d’accueillir presque n’importe quel objectif des répertoires allemand et japonais. Un capteur 24 MP sans égal travaillant en duo avec un processeur Maestro III produisent des fichiers hors normes, tant pour la plage dynamique que la netteté.

 

“But wait! There’s more!” Le Leica SL offre également un second souffle aux objectifs M. En utilisant son EVF supérieur et le focus peaking il permet au photographe d’en tirer le plein potentiel. Même les photographes les plus exigeants ne tarissent pas d’éloges sur sa performance, en particulier avec les objectifs difficiles à mettre au point comme le Noctilux et le 90 Summicron.

 

Je vous encourage à passer à la boutique pour vivre l’expérience de la photographie Leica à son nouveau bas prix.

 

Leica TL2: la troisième fois, c’est la bonne

Il faut parfois s’y reprendre à trois fois pour y arriver, mais cette dernière version du Leica APS-C est une réussite. Il partage la monture de son grand frère, le SL, ainsi qu’un capteur 24 MP, mais au format APS-C. Le TL2 — la troisième génération du magnifiquement dessiné et über-moderne Leica T — est équipé de l’interface la plus intuitive et agréable qui soit. Avec le SL, il fait partie d’un superbe système mirorrless. Le capteur APS-C offre une grande profondeur pour la photographie de nature et la petite taille de l’appareil en fait le compagnon de voyage idéal.

 

Nous attendons notre première livraison en septembre. 

Livraison immédiate du M10 dans la couleur de votre choix, tant que c’est noir

Après avoir été lancé en grandes pompes à Wetzlar en septembre 2016, le silence s’est fait au département d’expédition de Leica. Nous recevions quelques appareils ici et là, mais pas de quoi répondre à la forte demande qui n’a fait que croître depuis l’automne dernier.

 

En juin, la situation s’est améliorée et, enfin, notre liste d’attente est presque vide, du moins pour ce qui est des appareils noirs. Maintenant, c’est l’appareil argenté qui est difficile à avoir ! En gros : vous voulez un M10 noir, la livraison est immédiate. Argenté ? Il vous faudra attendre quelques semaines.

Stanley Greene: courage et conviction

Nous avons perdu un géant de de la photographie. Membre fondateur de l’agence photo Noor, gagnant de cinq World Press Awards, récipiendaire de la bourse W. Eugene Smith Grand en photographie humaniste, ancien membre des Black Panthers, Stanley Green s’est bâti une réputation de photographe de guerre et bien plus encore. Il a photographié la tentative de coup d’État contre Boris Yeltsin en 1993 dans la Maison Blanche russe, il a travaillé comme photographe de mode à Paris dans les années 1980, il a été témoin du génocide rwandais en 1994, il a documenté la montée de la musique punk à San Francisco dans les années 1970, il a été en Tchétchénie, en Irak, en Somalie dans le Golfe, sur les traces de l’ouragan Katrina, produisant des images brutes, authentiques, inspirées et directes. Dans sa monographie autobiographique Black Passport, il écrit : “Photography is my language, and it gives me the power to tell what otherwise is not told. Eugene Smith told me vision is a gift, and you have to give something back. He haunts me like that. It’s not the bang-bang that compels me. It never was. At the end of the day, it is not about death; it is about life.”  

 

Après avoir combattu le cancer pendant des années, il est décédé à Paris, où il était basé. Stanley Green avait 68 ans.

 

Prêt pour le Primetime : Le festival de photographie documentaire Zoom

Il est peut-être sous le radar international, mais cela est appelé à changer. Avec plus de 25 présentateurs, discussions et ateliers, c’est le plus grand événement sur la photographie documentaire au Canada. Tenu du 18 octobre au 12 novembre à Saguenay, QC (200 kilomètres au nord de Québec, une petite journée de route depuis Montréal), Zoom va présenter les dernières créations de photographes dans d’uniques lieux, incluant le très impressionnant musée régional La Pulperie de Chicoutimi. Les expositions passées ont comporté des travaux innovateurs de Yoanis Menge, Roger Lemoyne et Hubert Hayaud.

 

Je suis heureux et fier de dire que Camtec Photo va sponsoriser le prix Nature humaine et je serai personnellement présent pour sa remise. J’ai hâte de vous y voir.

 

Achetez le livre ! La retrospective Bill Allard

Comme vous le savez certainement, le printemps dernier, le légendaire photographe William Allard a dirigé notre atelier M Vision et a présenté son œuvre lors d’une soirée inoubliable pleine de belle photos et d’anecdotes amusantes. Bill a aussi mis en vente des exemplaires signés de son livre de rétrospective des cinq dernières décennies, avec un tirage d’archive 8 x 10 d’une photo du livre. Il n’en reste que deux. Cela ferait un magnifique cadeau qui inspirerait et émoustillerait la curiosité de quiconque s’intéresse à la photo et à la nature humaine. Le texte, également de Bill, est aussi poignant que ses photos.

 

Le strade della Puglia e della Sicilia

Bill Allard nous a régalé de ses histoires sur son illustre carrière derrière un appareil photo. Après l’avoir écouté raconter ses explorations des rues étroites et des allées du Pays Basque espagnol et français, ses récits ont fait écho des semaines plus tard alors que Rita et moi marchions (beaucoup) dans les petites villes et villages du sud de l’Italie, bercé dans un soleil inépuisable.

 

Nous étions dans un monde au croisement des vieilles habitudes et de la dernière technologie. Mais plutôt que de contempler la disparition des unes et la montée de l’autre, nous avons été témoins d’un mélange des deux. Il y a une intemporalité et une reconnaissance de l’histoire à travers ce terrain rugueux, ses routes antiques et son architecture d’une autre époque et un appétit insatiable pour tout ce qui est moderne et à la mode. Les enfants jouent toujours dans la rue, mais ils ont des iPhones. Des gens de tous âges se rassemble toujours dans les coins de rue, dans les allées et les squares, pour se retrouver et discuter, mais ils ont leurs smartphones prêts à servir.

 

Nous sommes Canadiens

Durant de nombreuses années, Daniel Wiener a été mon co-conspirateur pour rédiger cette infolettre. À la demande d’un de ses clients, Wallace & Carey Ltd. (basé à Calgary), il publie un blogue toutes les six semaines ayant un mandat original : “utilisez le Canada comme toile de fond et les Canadiens comme sujets pour saisir l’essence et les valeur de notre compagnie, sans la montrer, ni ses employés, ni ses activités.”

 

Avec cette directive, vous pouvez imaginer la nature éclectique de ses images. Son dernier billet a pour but de montrer les Canadiens tels que nous sommes. Photographiés en juillet, il a trouvé ses sujets et ses emplacements dans notre belle ville. Je crois que vous serez fiers et impressionnés par les 150 ans de notre nation.

 

Les bons comptes font les bons amis

Après beaucoup de demande, vous pouvez maintenant utiliser notre compte PayPal pour régler vos achats en ligne.

 

***

Au plaisir de lire vos commentaires,
                Photographiquement vôtres,
                Jean Bardaji et Daniel Wiener 

Rangefinder footer image

Où les Leicaistes se réunissent!

Abonnez-vous à la newsletter

Nous sommes respectueux de votre vie privée et nous ne partagerons jamais votre adresse courriel avec qui que ce soit.